Vous êtes ici
Accueil > Idée éco > L’hystérie Pokémon débarque en France

L’hystérie Pokémon débarque en France

Dans le cas où vous rentreriez tout juste de deux mois de vacances au vert, sur une île déserte (et dans ce cas, permettez-moi d’être extrêmement jalouse), vous avez aussi eu la chance de passer à côté de la déferlante/hystérie autour du dernier jeu qui fait fureur : Pokémon Go.

Dernier jeu à la mode me dirait vous ? Oui, Pokémon c’est surtout cette invention venue tout droit du Japon qui avait déjà pris d’assaut les cours de recréation le siècle dernier et vous avez certainement rendu fou. Les créateurs ont sentit le bon filon et ont fait ce qui se fait de plus en plus souvent en matière de jeu vidéo (de film, de mode, etc.), refaire du neuf avec du vieux, de préférence de l’ancien qui aurait déjà cartonné et laissé quelques nostalgiques derrière lui.

 

2016443_le-jeu-phenomene-pokemon-go-enfin-disponible-en-france-web-tete-0211153917042_1000x533

 

Le principe de Pokémon Go prouve que cette recette imparable a encore de beaux jours devant elle. Si vous pouviez il y a dix ans chasser Pikachu sur votre console Nintendo 64, en 2016 (et depuis dimanche dernier en France)  les joueurs peuvent désormais les capturer sur leurs smartphones grâce à la réalité augmentée, une technologie qui permet de faire apparaître des éléments virtuels dans le monde réel. Bref, rien de bien nouveau sous le soleil me direz-vous. Mais visiblement, cette petite subtilité suffit à faire perdre la tête à des millions de joueurs.

 

Le phénomène prend tellement d’ampleur que les politiques s’en emparent (Bruno Lemaire a essayé de relancer sa campagne en promettant un lâché de Pokémon aux trois personnes qui aurait encore envie de participer à un meeting de primaire) et qu’une petite minorité de joueurs perdent complètement la tête à l’idée de capturer eux aussi un spécimen rare avec leur smartphone.

 

A Besançon, un jeune automobiliste a accidentellement percuté un muret en essayant d’attraper un Pokémon sur son téléphone portable alors qu’il conduisait. En Espagne,  deux touristes japonais ont été retrouvés en train de chasser des Pokémon dans l’un des tunnels les plus dangereux de Barcelone, tandis que deux jeunes ont été arrêtés à Madrid pour avoir pénétré un quartier général de la Garde civile en jouant. Bref, du grand n’importe quoi.

 

data2756973

 

Au delà des images d’hystérie collective (notamment à Central Park la semaine dernière), les créateurs de Pokémon Go sont surtout confortablement installés sur une mine d’or. Depuis une semaine, le résultat pourrait dépasser toutes les espérances. Le cours de l’action Nintendo s’est envolé de plus de 50% depuis une semaine, alors que le jeu n’était sorti officiellement sorti qu’en Australie, Nouvelle-Zélande et aux États-Unis et connaît déjà un franc succès. Selon les chiffres de SimilarWeb, 60% des personnes ayant installé Pokémon Go l’utilisent régulièrement. Innovation, image de marque bien soignée et univers fantastique : la recette magique semble avoir été trouvée.
Bref, la seule leçon à tirer de cette histoire est certainement que les applications de jeu sur smartphone ont encore de beaux jours devant eux. Si vous êtes tenté par l’aventure (sans forcément avoir les moyens du studio  Niantic, ex-filiale de Google a qui ont doit Pokémon Go), vous pouvez tester l’eau en lisant cette excellente BD qui retrace le parcours (bien tortueux) d’un couple qui déménage à la Sillicon Valley pour monter sa Start-up dans le jeux vidéo.

 

18092_bd-j-ai-cree-ma-statup-ios-en-californie-par-laurel

Laisser un commentaire

Top