Vous êtes ici
Accueil > Portrait de business man > Medhi Slimani et sa chaussure 100% africaine

Medhi Slimani et sa chaussure 100% africaine

C’est pas facile de monter une entreprise. Ça tout le monde le sait, mais en Afrique, c’est semble-t-il deux fois plus dure. C’est pourquoi, Business Outsider à voulu faire son premier portrait d’entrepreneur sur Medhi Slimani, qui a osé tout affronter pour monter son business florissant (et qui donne beaucoup de fierté aux africains) : la paire de chaussure 100% africaine: Sawa.
Medhi Slimani : portrait d’entrepreneur courageux
C’est durant sa trentaine que Medhi Slimani, franco-algérien à décidé de se lancer dans ce challenge : créer, produire et exporter la première paire de tennis 100% africaine ( des matières jusqu’à la chaine de production en passant par le Marketing et la communication). L’entreprise est basée à Addis-Abeba en Éthiopie; ça tombe très bien en fait, on a tous, dans notre inconscient collectif, l’image des super coureurs éthiopiens.
Pas facile de monter une boite en Afrique…
Ce n’était pas en Éthiopie pourtant que l’entreprise s’est dans un premier temps installé mais au Cameroun. D’ailleurs, « Sawa » est le nom d’une ethnie importante à Douala. D’ailleurs, ça veut dire en arabe  » ensemble » ( ça rappelle aussi que tous les produits servant à la production de la chaussure proviennent de plusieurs pays d’Afrique…l’Afrique dans son ensemble, donc). Mais, au Cameroun comme dans de nombreux pays africains ( et c’est pour ça, qu’on sait comme c’est difficile de monter une boite dans le continent), l’administratif et la corruption sont trop poussés. Dans le cas de Medhi Slimani, à force de devoir payer Backchish sur backchich au niveau du port à Douala, il a décidé de quitter le pays pour aller dans un cadre plus prospère : l’Éthiopie, pays qui connait de plus en plus de millionaires.

4L’usine de Sawa, en Éthiopie

Un parcours classique pour Medhi Slimani et un choix atypique

Medhi Slimani est diplômé d’une école de commerce tout ce qu’il y a de plus classique pour un entrepreneur. Il a aussi fait ses premières armes en finance d’entreprises en Chine et au Brésil. Mais, le plus étonnant dans ce parcours de bon élève, c’est son choix de monter sa boite en Afrique. Cela dit, sans faire de la pure réaspora ( la Diaspora qui retrouve ses racines), Medhi Slimani, kabyle d’Algérie, à choisit donc d’aller au Cameroun, pour créer la première basket crée entièrement en Afrique.

20150414_101857

L’entreprise de Medhi Slimani est-elle rentable?

Oui! L’entreprise Sawa à déjà  vendu 20 000 paires, et chaque paire coûte entre 95 et 125€.  C’est dit-il, « suffisant pour être rentable » et nous savons que ce n’est qu’un début.  Bientôt, de novelles boutiques vont s’éclore un peu partout dans le monde, montrant le goût et le savoir-faire africain.

En tous les cas, on salue cet entrepreneur qui nous montre encore une fois que les réussites sont possibles partout.

 

One thought on “Medhi Slimani et sa chaussure 100% africaine

Laisser un commentaire

Top